I read

I read : Miroir de Mélissa Bellevigne aka GoldenWendy

Salut, salut !

On se retrouve avec aujourd’hui un nouvel article et par la même occasion l’apparition d’une nouvelle catégorie. L’amoureuse des livres que je suis ne pouvait passer à côté d’une rubrique sur les lectures qui m’ont plut !

Pour ce premier opus, j’ai décidé de vous parler de Miroir, un roman de Mélissa Bellevigne aka GoldenWendy. Pour la petite histoire, je suivais Mélissa depuis quelque temps sur son blog en particulier quand j’ai appris qu’elle allait sortir son premier roman Paranoïa. Cependant, j’ai longtemps hésité avant de me le procurer. En effet, c’était la période où de nombreuses blogueuses/youtubeuses sortaient leurs ouvrages et ma première pensée fut « Okay, encore un. »
Néanmoins, celui-ci avait la particularité d’avoir une couverture qui avait piqué ma curiosité. Je commençai donc à me renseigner et alors que je me promenai dans un centre commercial, comme à chaque fois je ne pu m’empêcher de rentrer dans une librairie et je tombai sur le livre. Ni une ni deux, je sautai sur l’occasion et commençai ma lecture le soir même.
Si je me souviens bien, j’ai dû lire le livre en trois jours. Je n’avais pas réussi à m’en détacher et la fin m’avait laissé sur ma faim. J’étais frustrée et dans l’espoir de voir l’annonce d’une suite. Vous devez donc imaginer ma joie quand j’ai appris que oui, cette suite, elle verrait bien le jour, et que oui je retrouverai bien les personnages auxquels je me suis tant attachée et dont je voulais connaître leur fin à eux aussi.

22471883_1351338478328053_1408340231_o

C’est donc à chaud que je vous écris cet article puisque, ce livre, Miroir, l’ayant acheté ce matin, je viens de le terminer. Oui, en une journée. Comme le premier tome je n’ai pas pu m’en détacher. Et je dois dire, qu’il m’a tout simplement scotché. J’avais tout imaginé, sauf ça. Jusqu’à la dernière minute, la dernière seconde ce livre saura vous surprendre soyez-en sûre.

Ce que j’ai aimé ?
Tout d’abord, j’ai retrouvé l’univers de Mélissa à l’intérieur de ce dernier livre. Son amour pour l’Angleterre, celui qu’elle porte à l’écriture. Et puis aussi, tout le côté réaliste et à la fois surréaliste du roman. Oui, oui je vous assure, lisez-le vous comprendrez par vous-même. Le trouble vient s’immiscer dans votre esprit petit à petit, sans que l’on ne s’en rende compte, et la fin des personnages, devient aussi la vôtre. Cette fin qui vous montrera où la frontière du réel se tient et où elle ne se tient pas.

Bien entendu, j’ai aimé retrouver les personnages, leur personnalité bien ancrée, avec les qualités mais aussi les défauts de chacun. Et à la fin c’est heureuse mais aussi légèrement triste que je refermai ce roman, car comme tout bon roman, vous êtes heureux de connaître la fin, mais quelque peu triste de réaliser qu’elle est déjà là.

Je ne peux vraiment en dire plus sans commencer à vous spoiler, la manière dont à été tournée l’intrigue des deux romans, la façon d’écrire, le jeu de miroir, tout a été pensé et réfléchi pour que nous puissions trouver les réponses à nos questions à la fin de l’épilogue.

Si je devais dire un mot à Mélissa ? Bravo, tu as réussi là un bien joli défi, celui de nous étonner, de nous surprendre. Mais surtout, merci, merci d’avoir partagé ces romans avec nous.

Si je peux vous donner un conseil ?
Allez voir par vous-même et laissez-vous embarquer dans un voyage entre Londres et Paris, traversant les époques et les codes, j’en suis persuadée, vous ne serez pas déçu…

Vous n’êtes toujours pas convaincu ? Je vous laisse le résumé en espérant que cette fois vous le serez.

Qui est vraiment Judy Desforêt ? Une jeune femme assiégée par la paranoïa et des hallucinations telles qu’elle en a perdu la raison jusqu’à vouloir se tuer ? Un esprit troublé qui aspire aujourd’hui à guérir et démarrer une nouvelle vie ? Est-elle victime d’un vaste complot ou bien une manipulatrice au discernement hors pair ?
Qu’est-ce qui a pu pousser Lisa, psychiatre renommée, à baisser sa garde face à cette patiente délirante ? Aurait-elle manqué d’objectivité et de professionnalisme ? Épuisée par le bébé de Judy dont elle est devenue la tutrice légale, Lisa n’a plus aucune certitude sur ses conclusions et bascule dans la culpabilité.
Tandis que l’enquête sur l’agression de Judy piétine, apparaît subitement à Viryez un certain Alwyn Andrews. Le jeune homme correspond en tout point à la description qu’a donnée Judy de l’ami imaginaire qui la suit depuis sa petite enfance. Il dit la connaître, être amoureux d’elle, vouloir la revoir… Mais de nombreux doutes planent à son sujet, faisant de lui un suspect idéal.
Qu’est-il vraiment arrivé à Judy et qui faut-il croire ?
Où s’arrête l’hallucination et où commence la réalité ?

Et vous, vous l’avez déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-moi tout !

On se retrouve bientôt,
Cécilia.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s